Post header

La fiscalité des entreprises  ? Même pas peur !

Title bar

Lancez votre autoentreprise! Vous verrez, ces formalités n’ont rien de compliqué.

 

Beaucoup de salariés ont peur de sortir de leurs conditions de vie pourtant précaires, car ils pensent que l’entrepreneuriat n’est pas fait pour eux, que c’est trop compliqué à gérer. Je le sais, je suis passé par là. Moi aussi j’ai cru qu’être chef d’entreprise était réservé aux élites. Et puis, petit à petit, j’ai appris. Et je me suis rendu compte que la fiscalité des autoentreprises, c’était vraiment un jeu d’enfant ! Avec les bonnes informations, vous n’aurez aucun mal à devenir le chef de votre propre entreprise. Alors, surmontez votre peur des formalités administratives et suivez le guide.

 

 

Comment déclarer le début d’activité de votre entreprise?

 

S’inscrire comme micro-entrepreneur est vraiment la solution la plus simple pour démarrer votre propre business. Pour vous lancer, vous n’avez qu’à déclarer votre entreprise en ligne, en quelques minutes… et c’est tout !

 

Cette déclaration se fait auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) qui correspond au type de business que vous voulez ouvrir. Tous les services à la personne n’appartiennent pas à la même catégorie. 

 

Si votre activité est :

 

  • Commerciale, vous devez vous adresser à la Chambre du Commerce et de l’Industrie.

C’est le cas si vous effectuez de petits travaux de jardinage, tout ce qui a trait à la livraison à domicile (de repas ou de linge lavé et repassé par exemple) ou même le transport de personnes ayant des difficultés à se déplacer seules.

 

  • Artisanale, votre CFE est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat.

Cette catégorie concerne votre entreprise si vous réalisez des petits travaux ménagers, du nettoyage ou du bricolage.

 

  • Libérale, déclarez votre entreprise auprès de l’Urssaf.

C’est votre situation si votre métier est davantage « intellectuel » : aide administrative à domicile, soutien scolaire, garde d’enfants ou formation par exemple.

 

Vous avez un doute ? Cherchez votre profession dans le formulaire de déclaration de début d’activité sur le site de l’Urssaf , vous serez redirigé vers l’organisme qui vous correspond si besoin.

 

 

La fiscalité de mon entreprise, comment ça marche?

 

Une fois les choses expliquées clairement, tout devient très simple ! Lorsque vous ouvrez une autoentreprise, vous obtenez le statut d’une entreprise individuelle. Vous avez des cotisations sociales à régler (pour la couverture maladie et la retraite par exemple) ainsi qu’une fiscalité simplifiée : vous ne payez que les impôts sur le revenu.

 

Vos taux de charges et votre imposition dépendent de la catégorie de vos bénéfices : 

 

- Bénéfice Industriel Commercial (BIC) : concerne les activités artisanales ou commerciales

- Bénéfice Non Commercial (BNC) : regroupe les autres activités, dont les libérales.

 

 

Autoentreprise, tout savoir sur les cotisations sociales

 

Chaque mois ou chaque trimestre, vous devrez déclarer votre chiffre d’affaires. Le montant des cotisations sociales qu’il vous restera à régler est calculé suite à cette déclaration selon un taux forfaitaire :

 

  • 12,8 % du CA pour les activités de vente de marchandises et fourniture d’hébergement (exception faite des logements meublés)
  • 6 % du CA pour la location de logements meublés de tourisme
  • 22 % pour les autres activités (prestation de services et activités libérales).

 

Passée la première année d’activité pendant laquelle vous bénéficiez d’une exonération, vous devrez aussi régler la Cotisation Foncière des Entreprises : pensez-y ! à voir aussi toutes les aides pour créer votre entreprise => https://nicolasserrat.fr/post/aides-pour-creer-une-entreprise

 

 

Comment gérer la fiscalité de votre entreprise?

 

En tant qu’autoentrepreneur, vous pouvez opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu(https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F23267). Au moment de régler vos cotisations sociales, ajoutez :

 

- 1 % pour la vente de marchandises

- 1,7 % pour les prestations de services commerciales ou artisanales

- 2,2 % pour les professions libérales ainsi que les autres prestations de service.

 

Sur votre déclaration de revenus, vous appliquez un abattement dont le taux varie selon le type d’activité exercée, soit respectivement de 71 %, 50 % et 34 %.

 

… Et c’est tout !

 

Les autoentrepreneurs bénéficient d’une franchise de TVA si leur chiffre d’affaires reste en dessous d’un plafond annuel :

 

- De 82 800 € pour la vente de marchandises

- De 33 200 € pour les prestations de service et les professions libérales.

 

Vous n’avez donc pas à vous soucier du calcul de la TVA tant que vous restez sous ces seuils. Et dès que vous en approchez, c’est que votre entreprise aura déjà bien progressé : je vous conseille alors de changer de statut ! 

 

Vous pouvez cependant rester micro-entrepreneur jusqu’à 70 000 € depuis les nouveaux seuils, mais vous paierez la TVA, ce qui pourrait vous défavoriser face à un statut d’entreprise plus adapté, comme la SASu.

 

Je n’aime pas donner les montants de ces seuils parce que vous ne devez pas les voir comme des barrières mentales. Au contraire, vous devez vouloir dépasser ce chiffre ! C’est pourquoi je conseille de ne rester autoentrepreneur qu’un an ou deux, trois au grand maximum.

 

 

Les 3 seules obligations de ce type d’entreprise

 

L’autoentrepreneur bénéficie d’une comptabilité allégée : vous avez donc très peu d’obligations. Les voici :

 

  • Tenir un livre de vos recettes

Vous devez y noter le montant de chaque recette, dans l’ordre chronologique, en précisant leur origine et le moyen de paiement utilisé. Si vous vendez des marchandises, vous devez également tenir le registre de vos achats.

 

  • Ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle

Vous avez un an pour le faire lorsque vous lancez votre entreprise. Ne vous faites pas avoir ! Même si certaines banques essaient de vous forcer la main pour payer le tarif d’un compte pro, un simple compte courant personnel est suffisant.

 

  • Éditer une facture pour chaque vente

Celle-ci doit contenir certaines mentions obligatoires comme votre numéro SIREN ou le fait que vous n’êtes pas assujetti à la TVA.

 

 

Vous avez réglé ces formalités? Et maintenant, vous devenez riche quand?

 

Vous voyez, la partie administrative de la création d’entreprise n’a vraiment rien de sorcier ! Avec ces quelques explications, vous devriez déjà être inscrit, l’opération prend 5 minutes montre en main.

 

Mais là où vous devrez faire la différence, c’est dans la gestion de votre business. Ouvrir votre boîte, c’est facile. La faire fructifier pour gagner votre vie confortablement, c’est ce que je vais vous apprendre à faire. Suivez ma formation pour savoir comment réussir pas à pas, créer un business plan efficace, multiplier vos clients grâce à votre site web et devenir riche !